Immobile, seule et oppressée dans les ténèbres sous terrains, la petite graine ne savait rien de ce qu’elle était.
Elle ne savait pas quand elle était née, ni quelle était son utilité. Ni même qu’elle était une graine.

La seule chose qu’elle savait, c’est qu’elle voulait devenir un arbre majestueux.

Son intuition lui dicta de pousser dans un certain sens, mais après de longs et difficiles efforts pour se frayer un chemin vers le haut, elle fut arrêtée par plusieurs immenses rochers.
Quelle insolence, minuscule graine ! Penses-tu vraiment pouvoir nous traverser et atteindre la surface ? Crois-nous : tu n’es pas assez forte pour ça. Contente-toi de faire ta petite vie sous terre avec tes semblables et laisse les graines plus fortes tenter leurs chances…

Triste et amère, la petite graine réalisa que les rochers avaient raison et se persuada qu’elle n’était pas digne de passer. À leur contact, elle avait compris qu’elle se briserait à tenter d’affronter la pierre. Résignée, elle décida de pousser dans un autre sens, car elle n’avait rien d’autre à faire. Elle tomba rapidement sur une autre graine et lui raconta son histoire.
Tu croyais vraiment pouvoir trouver la surface sans obstacle ? Tu es vraiment la graine la plus naïve que j’ai rencontrée !

La réponse de sa sœur déprima encore plus la petite graine et, voyant sa mine déconfite, celle-ci lui proposa un arrangement : “ J’ai une idée : faisons équipe et ensemble, nous serons plus fortes. Travaille pour moi et je t’apporterai tout ce dont tu as besoin pour te nourrir lorsque je serai devenu un arbre moi-même.

Déçue, la petite graine accepta tout de même le contrat et commença à aider sa sœur à devenir plus forte. Mais au bout de longs mois de collaboration, la graine compris qu’elle n’avait aucun avenir : non seulement elle s’épuisait pour aider sa patronne, n’obtenant en contrepartie qu’une très faible rétribution, mais en plus de ça, cette dernière semblait plutôt avoir abandonné au fil du temps, toute volonté de devenir un arbre et se contentait de vivre confortablement grâce au dévouement de la petite graine. Elle décida donc d’abandonner ce travail pour partir dans une autre direction…

Sur sa route, elle rencontra une autre graine, très élégante, qui lui proposa de garder sa nourriture dans un coffre fort, en échange d’une partie de cette nourriture. Comme elle refusa, la graine au coffre fort lui fit remarquer qu’elle n’avait pas vraiment le choix, car celle-ci était la maîtresse du monde sous terrain. La petite graine poussa alors jusqu’à la demeure des graines qui disaient diriger le pays sous terrain, pour se plaindre de cette forme de chantage, mais celles-ci, qui avaient pourtant juré de servir les intérêts de toutes les graines, donnèrent raison à la graine au coffre fort.

Finalement rationnée et privée d’une partie de sa nourriture, la graine poussa dans plusieurs autres directions, pour continuer sa quête. Elle décida un jour qu’elle n’était pas plus bête que certaines et choisit de recruter d’autres graines pour les convaincre de travailler pour elle, afin que chaque graine soit plus forte. Elle en particulier. Mais la graine au coffre fort intervint à nouveau en lui annonçant qu’elle n’avait pas assez de réserves dans son coffre pour entreprendre ce projet. Elle l’encouragea à diminuer ses ambitions, faute de moyens, car travailler pour d’autres graines n’était pas un mal si terrible, après tout…

Elle poursuivit donc son cheminement et rencontra toute sorte de graines : des graines sympathiques qu’elle nomma « amies », d’autres, moins sympathiques qu’elle nomma « ennemies ».

Certaines se plaignaient sans cesse de ne pas être un arbre, mais la petite graine comprit rapidement qu’elles ne voulaient en réalité qu’une chose : qu’on les écoute se plaindre.
D’autres graines voulaient faire la morale à tous, en prétendant savoir comment être une bonne graine.
D’autres graines prétendaient informer de ce qui se passait dans le monde sous terrain, mais qui avaient de bien curieux critères pour choisir les sujets à informer ou pas, la population de graines.
D’autres graines qui proposaient de devenir prospère rapidement, mais qui en voulaient en réalité à son coffre fort.
D’autres qui proposaient de résoudre tous les problèmes du pays sous-terrain en renvoyant chez elles, toutes les graines étrangères.
D’autres encore qui désignaient comme responsable de tous les malheurs du monde, parfois les graines sdf, parfois les graines homosexuelles, les graines assistées et fainéantes ou au contraire, parfois les graines avides. Bref, des graines qui voyaient toujours la cause de tous les maux chez leurs voisines…

De toutes ses rencontres, la petite graine ne retenait qu’une chose : chaque graine du pays sous-terrain, au lieu de concentrer tous ses efforts pour devenir un arbre, préférait juger les autres graines sur leurs défauts, plutôt que de reconnaître leurs propres échecs.
La petite graine elle-même avait fini par prendre l’habitude, au fil du temps, à passer son temps à juger ses sœurs. Il y avait celles qu’elle méprisait, celles qu’elle considérait comme méchantes ou stupides, et celles qu’elle admirait, elle leur laissait le pouvoir de la juger, elle.

Et ce qui était paradoxal, c’est que toutes ces graines en réalité préféraient se détester elles-mêmes encore plus que détester les autres. Elles se détestaient tellement qu’elles préféraient vivre une vie qui ne leur convenait pas. Elles se détestaient tellement qu’elles préféraient faire un travail qu’elles n’aimaient pas, pour se payer des choses qui n’apportaient que peu de réconfort. Elles se détestaient tellement qu’elles préféraient vivre avec des compagnons et compagnes qu’elles n’aimaient pas. Parfois même, elles se détestaient tellement qu’elles en devenaient malades…

Mais après des années à creuser le pays sous-terrain tout entier, à la recherche de l’assistance d’autres graines, la petite graine avait finalement oublié pourquoi elle déployait tant d’énergie. Épuisée, mais aussi lasse de ne plus savoir ce qu’elle cherchait, elle finit par s’arrêter de pousser à travers la terre et décida de mettre un terme à sa quête.

Immobile, seule et oppressée dans les ténèbres, elle décida qu’elle abandonnait, car elle ne voulait plus être une graine stupide et faussement utile.

La petite graine ne voulait plus être une graine.

Mais alors qu’elle s’apprêtait à s’endormir pour toujours, une idée folle lui vint en tête. Et si elle s’était trompée ? Si, depuis le début elle n’avait jamais été une graine ? Ayant choisi de se libérer volontairement de son identité de graine, il lui semblait maintenant évident qu’elle n’en avait jamais été une… cherchant dans ses souvenirs, elle réfléchit longtemps à ce qu’elle pouvait bien être.

Ce serait son ultime mission : se souvenir de ce qu’elle était en réalité.

* * *

Immobile, seule et oppressée dans les ténèbres depuis longtemps, celle qui avait été auparavant une petite graine avait pour la première fois de sa vie, le sourire. Car, pour la première fois de sa vie, elle savait ce qu’elle était.
Elle n’avait jamais été une petite graine apeurée et jalouse, ni une graine ouvrière, ni toute autre sorte de graine.

Depuis le premier jour, elle avait été un arbre majestueux, qui ne se connaissait pas encore.

Elle décida donc de prendre sa forme ultime et personne dans la vallée, ni les rochers – qui maintenant, étaient devenus de minuscules gravillons –, ni les autres graines ne purent s’opposer à sa volonté.

***

Dominant la prairie, offrant ses fruits et son oxygène aux autres espèces, l’arbre majestueux se rappelle maintenant qu’il a un jour cru qu’il était une petite graine, faible, peureuse, victime de l’illusion des rochers et de la manigance des autres graines.

Il se rappelle qu’il a creusé à travers tout le monde sous-terrain, à la recherche de son identité. Et qu’il s’était trompé de longues années avant de la trouver. Il se rappelle qu’il a longtemps joué au jeu favori des graines du monde sous-terrain : aimer, détester ou juger le monde des graines. Qu’il s’est trompé en jugeant certaines graines indignes, comme lui avait été jugé. Qu’il s’est trompé en aimant d’autres graines qui aimaient tant le fait qu’il accepte d’en être une. Qu’il a détesté et envié certaines autres, parce qu’il se croyait moins ou plus fort qu’elles. Qu’il s’est détesté lui-même, parce qu’il croyait être quelque chose qu’il n’était pas…

Ses erreurs, il décide de les nommer « racines » pour que chaque jour, il se souvienne qu’il tire sa force de son passé.

* * *

Immobiles, seules et oppressées dans les ténèbres, les graines n’ont pourtant pas pu échapper à cette rumeur qui circule maintenant dans tous les sous-terrains du monde : Cette histoire d’une graine qui a un jour décidé d’être bien plus qu’une petite graine…

Cette histoire, certaines graines la croient impossible, certaines en rient, certaines la détestent ou la jalousent, enfin, d’autres préfèrent s’en inspirer.

Ce texte est un extrait de mon livre : Tout le monde devrait pouvoir réaliser un miracle :

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

D'autres articles qui pourraient bien t'intéresser: